AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Give me love [Keelan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eina Schwarzwälder
avatar
Asinos


Messages : 28
Date d'inscription : 03/03/2013

Lun 4 Mar - 20:57

La plaine autour de l’école est fraîche, à cette période de l’année, encore couverte de neige. Pas vraiment le genre d’endroit où vont traîner les élèves, trop humide, trop froide, trop blanche, pas intéressante. On n’y voit donc que peu de monde, des grands gamins en train de faire une bataille de boules de neige, des accros aux sensations fortes qui s’adonnent à cette activité à haute teneur en adrénaline qu’est le ski de fond, ou des amoureux désireux de profiter de cette atmosphère si romantique, les flocons de neige tombant du ciel, comme d’énormes plumes tout droit tirées d’immenses édredons célestes. Il y a ces gens-là, et il y a Eina. Eina, c’est la blonde, là, emmitouflée dans son écharpe, ses gants, son manteau d’hiver, ses bottes fourrées, bonnet enfoncé sur ses cheveux blonds emmêlés, qui s’est assise en tailleur dans la neige, et qui lit. Oh, ne vous emballez pas, n’allez pas imaginer qu’elle lise quoi ce soit de spirituel, non, elle, c’est un magazine qu’elle lit, un truc de mode, sans doute, ce genre de presse féminine qu’on trouve sur les quais de gare, elle ne fait sans doute que regarder les images, d’ailleurs. Ou alors, peut-être qu’elle essaye vraiment de lire, à voir le temps qu’elle passe sur chaque page, ce serait bien possible, oui, dix minutes pour trois lignes, ça lui correspond bien. Elle est vraiment stupide, la pauvre fille, aller s’asseoir dans la neige pour lire, les couloirs de l’école n’étaient pas assez froids pour elle ? Tout ce qu’elle va réussir à faire, c’est chopper la crève de sa vie, peut-être que comme ça au moins la notion d’attention à la température se gravera peut-être dans son vide cérébral.

Mais si on s’approche un peu, si on regarde par-dessus son épaule, on verra surtout le bouquin, bien planqué derrière son magazine. Le Parfum, Patrick Süskind, un classique, elle l’a déjà lu au moins trois ou quatre fois, mais elle ne s’en lasse pas. Le problème, c’est qu’elle ne peut pas vraiment s’adonner à ce genre d’activité là où les autres pourraient la voir, ça bousillerait toute sa couverture, et aujourd’hui, elle a envie de se reposer un peu. Jouer l’idiote, c’est bien marrant, mais de temps en temps, quelques chapitres d’un bon livre font du bien. La station prolongée dans la neige, c’est juste pour qu’on la laisse tranquille, personne ne viendra la chercher ici, seul Zwei serait assez fou pour s’aventurer au milieu de nulle part, il y a bien trente centimètres de neige, là où elle s’est assise, elle a dû la tasser correctement, se faire un tabouret en forme d’igloo, pour ne pas s’enfoncer. Il n’y a que Zwei qui serait assez fou pour venir jusqu’ici, et pourtant, elle entend des pas, qui font crisser la neige, non loin de là. Proches. Bien trop proches. Elle a presque un moment de panique, il faut fermer le magazine, tant pis pour sa page perdue, elle le fourre dans son sac. Plaquer un sourire idiot, se retourner d’un mouvement vif. Identifier l’intrus. L’intruse, d’ailleurs, elle la connaît, de vue, de nom, elle est plus âgée, dans une classe supérieure. Allez Eina, c’est le moment de redevenir une idiote.

    - Salut ! Il fait froid aujourd’hui, pas vrai ?


La météo, l’un des sujets de conversation favori des imbéciles, ils n’ont en général pas d’autres idées pour aborder les gens. Elle se relève, agrandit son sourire, rajoute une touche d’enjouement dans sa voix et tend la main vers la jeune fille à qui elle fait désormais face.

    - On s’est jamais parlé, je crois ? Moi c’est Eina, et toi c’est, attend, je sais… Neelam, c’est ça ?


Non, ce n’est pas ça, elle le sait très bien. Mais l’effort feint, pour ensuite mieux se tromper, ça marche à tous les coups, et signale l’abrutie à plus de cinquante mètres à la ronde, bien mieux qu’une flèche en néon qui pointerait juste au-dessus de sa tête. Et maintenant, la touche finale.

    - Han, j’adooore ton manteau, tu l’as trouvé où ? Sérieux, il est vraiment trop trop cool, je veux le même.


Superficialité, frivolité, stupidité, des mots qui riment parfaitement ensemble. Encore une fois, elle fait trop de bruit, parle trop, fait l’idiote. Avec un peu de chance, ça distraira suffisamment l’autre pour qu’il ne lui vienne pas l’idée de lui demander ce qu’elle lisait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelan Avril Neil
avatar
Vis


Messages : 36
Date d'inscription : 05/12/2012

Carte d'Identité
Âge: 19
Don:

Mar 5 Mar - 15:47



Il fait froid. Il fait vraiment très froid. Non mais sérieusement, où est-ce que j'ai pu mettre mon putain de bonnet ?! Je soupire, gonfle les joues. J'ai du le faire tomber quelque part dans le parc pendant la bataille de boule de neige avec Sidney. Franchement, il aurait pu éviter de jouer avec... Je quitte les couloirs pour retourner dans le parc. Avec de la chance, j'arriverais à le retrouver. Mais bon, trouver du blanc sur du blanc, bonjour l'angoisse. J'arrive dans le parc et commence à chercher l'endroit où on était il y a une heure, Sidney et moi. C'était pas loin d'un des grands arbres.

J'avance lentement, aplatissant la neige sous mes pieds, observant minutieusement le sol pour trouver mon bonnet en laine. C'est un cadeau de ma grand-mère, pas question que je le perde. Je sursaute presque en entendant une voix m'aborder et je relève la tête. Evidemment qu'il fait froid, on est en plein hiver et il neige, en plus. Je me retiens de lever les yeux au ciel.

Je la reconnais. Tout le monde en parle, de cette fille. La fille à qui personne ne parle franchement, la fille dont on se moque, la fille trop conne pour être abordée par quelqu'un d'autre que par son frère. Les jumeaux Asinos, c'est comme ça qu'on les appelle chez les Vis. On les connaît parce qu'ils sont bizarres, parce qu'ils sortent de la normalité, parce qu'ils ne sont pas comme les autres.

Eina, je connais au moins son prénom, même si elle écorche le mien et, cette fois-ci, je ne retiens pas ma grimace. Neelam. Dieu non ! Surtout pas. Ma voix dépasse un peu trop rapidement mes lèvres, sans même que je ne m'en rende compte :

    « C'est Keelan. Keelan Neil. »


Elle reprend immédiatement la parole et j'observe mon manteau bleu à fausse fourrure blanche. Pas question de tuer un animal pour de la fourrure ! Plutôt crever. Je vais être gentille, après tout, elle a pas l'air méchante.

    « Je l'ai acheté à Dublin, dans une boutique pas super loin de Trinity College. Au fait, t'aurais pas vu un bonnet en laine ? Il est blanc, je l'ai perdu pendant une bataille de boules de neige avec un ami. »


Je repense à Sidney quelques instants. Lui, il va prendre cher la prochaine fois que je le vois. J'attends la réponse d'Eina. J'ajuste mes lunettes sur mon nez et enroule une de mes mèches de cheveux autour de mon index droit. Elle a l'air gentille, cette Eina. Un peu bête, peut être trop pour que ce soit normal ou même réel... mais gentille.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eina Schwarzwälder
avatar
Asinos


Messages : 28
Date d'inscription : 03/03/2013

Mar 5 Mar - 23:32

Mission accomplie, le coup du mauvais prénom fonctionne à chaque fois, même si là, il va falloir qu’elle se rattrape sur l’appréciation, Keelan n’a pas eu l’air d’apprécier d’entendre son prénom écorché, mais au mois elle ne semble pas soupçonner le moins du monde que qu’elle ne lisait pas un magazine stupide. L’illusion est sauve, pour le moment du moins, maintenant, il ne reste plus qu’à reprendre le jeu, tranquillement. Une routine bien rôdée, les imbéciles n’ont pas besoin d’avoir un vocabulaire étoffé, des répliques variées, et puis depuis le temps qu’elle pratique, c’est devenu une sorte de seconde nature chez elle. La perche du manteau est saisi, c’est parfait, elle peut tenir des heures là-dessus, sans en avoir l’air, et passer pour ce qu’elle veut être, cette blonde un peu conne qui ne s’occupe que des fringues. Dublin, hein ? Parfait, de quoi caser un peu d’ignorance géographique, mais attention, il ne faudrait pas froisser le patriotisme potentiel de la jeune fille en lui parlant d'Angleterre.

    - À Dublin ? T’es française ? La classe ! J’aimerai trop aller en France, un jour. Mais pourquoi t’es pas allée à Clever Cross, si t’es française ?


Dublin en France, et Paris en Irlande, ce serait tellement plus drôle. C’est presque poétique, ces stupidités qu’elle débite, une poétique de l’absurde. Un instant, elle fait mine de réfléchir, d’être plongée dans ses souvenirs. On lui a posé une question, après tout, il faut bien qu’elle y réponde.

    - Un bonnet … ? Non, pas vu. Mais au pire, si tu veux, je peux t’aider à le chercher, à deux ça devrait aller vite !


Oui, un bonnet blanc, dans la neige, qui a recommencé à tomber il y a deux heures et n’a pas arrêté, il est évident qu’elles le trouveront vite. Parfois, elle s’étonne elle-même de la facilité avec laquelle elle les trouve, ça en deviendrait presque effrayant, elle en vient à se demander si l’auto-persuasion existe réellement à un point aussi avancé. Attention, là, elle risque de dépasser son quota, et là, adieu la crédibilité. Tout son jeu repose sur l’équilibre entre stupidité et normalité, ne pas en faire trop pour que les gens puissent continuer à penser que c’est naturel, et là, elle se rapproche dangereusement du point de non-retour. Le mieux, à partir de maintenant, ce sera sans doute de se taire. Se taire, et se retourner, commencer à farfouiller dans la neige, directement avec ses gants en laine, tant pis pour ses doigts gelés, au pire, le cou de Zwei est toujours bien assez chaud pour remédier à ça, et ça parfait le personnage, il n’y a bien qu’une abrutie finie pour faire ça. Allez, fouille, Eina, fouille. Et si jamais l’autre ne répond pas, il sera bien temps de faire la conversation pour deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelan Avril Neil
avatar
Vis


Messages : 36
Date d'inscription : 05/12/2012

Carte d'Identité
Âge: 19
Don:

Mer 6 Mar - 9:43



Je fronce les sourcils. Française ? Non mais sérieusement, j'ai l'air d'une Française ? J'écarquille un peu trop les yeux. Non, c'est pas possible, elle le fait exprès là. Dublin... en France ?! Et Paris en Russie pendant qu'elle y est ! Je la fusille du regard sans le vouloir et me redresse légèrement, me tenant bien droite. Dublin en France. Non mais j'aurais tout entendu hein ! Bon, au moins, elle confond pas Dublin et Berlin, c'est déjà ça de prit. Je passe une main dans mes cheveux pour enlever les quelques flocons sur mon crâne. Je n'ose même pas lui répondre. Mais ce serait méchant de ne pas le faire. Nolan n'aurait jamais fais ça. Je prends une petite inspiration et soupire légèrement.

    « Non, je viens d'Irlande. Je suis Irlandaise. »


Voilà. C'était pas super compliqué ! Mais bon... confondre Irlande et France. C'est pas la même langue, quand même ! Puis, je serais pas ici si j'étais Française, logique hein ! Elle me propose de chercher avec moi et je me détends légèrement. Elle est gentille, un peu bête, mais gentille. Elle se redresse avant même d'avoir attendu ma réponse et la voilà qui fouille dans la neige. Je mets une mèche de cheveux derrière une de mes oreilles et je commence à chercher de la même façon qu'elle, m'accroupissant dans la neige. C'est vraiment très froid. C'est juste horrible. Je rêve d'une douche chaude, là...

    « C'est gentil de chercher avec moi. Eina, c'est ça ? J'ai pas vraiment la mémoire des noms, plus des visages. Comment ça se fait que tu sois toute seule dans la neige ? »


Parce que je ne compte pas ne pas faire la conversation. Après tout, j'ai bien fais la conversation avec Dimitri dans le placard à balais de la laverie hein... En parlant de lui, il faudrait peut être que je le croise au détour d'un couloir, pour voir si monsieur fais des progrès ! Je l'embêterais un peu, il faut bien. Je tripote d'une de mes mains le pendentif accroché à ma chaîne en argent. Il faudrait que j'envoie une lettre à Nolan, aussi. Ça fait longtemps qu'on a pas discuté.

    « Tu es en première année ? Je ne te croise pas souvent. »


Voilà. Faire la conversation. C'est le mieux. Après tout, deux filles, ça parle de tout, non ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eina Schwarzwälder
avatar
Asinos


Messages : 28
Date d'inscription : 03/03/2013

Ven 8 Mar - 0:28

Le coup de la France a peut-être été un peu trop fort. Dommage, il était bien trouvé, une erreur regrettable, on ne l’y prendra plus. Heureusement, la proposition d’aide semble avoir calmé le semblant de colère que Keelan avait paru ressentir face à cette écorchement de la géographie. De toute façon, ce coup-là, c’était quitte ou double. Tant pis, elle n’a qu’à faire comme si elle n’y pensait plus, comme si sa blondeur lui autorisait une mémoire aussi courte que celle d’un poisson dans son bocal. Ah, elle s’est ratée ? Tant pis. De toute façon, l’Irlandaise alimente d’elle-même la conversation, lui offre d’elle-même une diversion, pendant qu’elles fouillent toutes les deux à pleines mains dans l’épaisse couche ouatée. Considérant l’état de ses doigts, elle regrette presque la gentillesse aveugle de son rôle, aider les gens, même et surtout quand c’est elle que ça n’arrange pas, mais de toute façon il est trop tard. Une imbécile ne retire pas son aide sous prétexte que ses doigts sont gelés, tout comme elle la propose en oubliant que la neige, par définition, est un élément plutôt froid. Un élément dans lequel elle était seule, bonne remarque de l’irlandaise. Même s’il ne fallait pas ici qu’elle s’attende à une réponse sincère. « J’étais toute seule parce que je ne veux pas que les gens sachent qu’en fait je suis tout à fait capable de tenir une conversation intellectuelle et que si je le voulais, j’aurais pu être admise chez les Vis, tout en me débrouillant pas mal en cour. » ? Même pas en rêve.

    - Oh, euh… J’voulais aller me balader, mais Zwei a pas voulu m’accompagner, alors j’y ai été toute seule…


Une faute de grammaire, on ponctue d’un rire idiot. Et Zwei, qui revient toujours, son frangin, son jumeau, elle lui envoie une excuse mentale, désolée frangin, je t’utilise dans mes bobards d’abrutie, elle sait pourtant qu’il déteste ça, qu’il déteste ce personnage qu’elle joue. Mais les questions s’enchaînent, décidément, elle n’a même pas à se creuser la tête pour faire la conversation, Keelan s’en charge, Keelan l’aide, sans s’en rendre compte, à toujours mieux camper son rôle d’idiote de service.

    - Oui, on est en première année !


On parce qu’il y a Zwei, parce qu’ils sont deux, parce que l’un sans l’autre, ça ne fonctionne pas. Un binôme, des jumeaux, personne n’a réussi à les séparer depuis ces neuf mois qu’ils ont passé dans le même utérus.

    - Et toi ? J’arrive pas à voir en quelle année t’es !


Parce qu’après l’effort qu’a fait l’irlandaise pour faire la conversation à quelqu’un dont le déficit intellectuel est si apparent, elle peut bien l’aider à la continuer, quand bien même ce serait en lui renvoyant simplement sa question. Surtout qu’elles en ont sans doute pour un bout de temps, avant de trouver ce bonnet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelan Avril Neil
avatar
Vis


Messages : 36
Date d'inscription : 05/12/2012

Carte d'Identité
Âge: 19
Don:

Ven 12 Avr - 12:20



Je ne suis pas très bavarde. Enfin. Pas dans la neige, en tout cas. Autour d'un café, d'un chocolat, d'un verre de vodka ou d'une Tequila Sunrise, là, je suis bavarde. Dans ces moments là, les ragots sont intéressants et toutes les histoires, même les plus futiles, le deviennent !

Elle a un rire un peu bébête, mais je ne le relève pas. Elle répond à ma question. On ? Comment ça, on ? Elle doit sûrement parler de son jumeau. Les jumeaux Asinos, qui d'autres. Les seuls qui parlent à des micro-ondes et des prise électriques. Ça doit être un don sympa, en passant. Pas tout le temps cool, mais sympa quelques fois.

    « Je suis en cinquième année... »


… et je vais passer mes BUSE. Bon. Okay, c'est tellement pas drôle. Mais au moins, je ne l'ai pas dis à voix haute. Je secoue la tête en riant légèrement puis je m'assoie dans la neige. Tant pis, j'ai la flemme de le chercher, ce bonnet. Puis, je suis glacée de la tête aux pieds. Ne pas oublier de tuer Sidney dès que je le croise. Tuer Sidney. Ne surtout pas oublier.

    « Laisse tomber ce bonnet, je demanderais à Sidney de m'en repayer un ! Après tout, c'est lui qui me l'a perdu. En plus, c'était l'un de mes préférés ! »


Je la regarde avant de croiser les jambes en tailleur pour m'installer un peu mieux. Puis comme ça, si j'ai vraiment trop froid, lévitation power !

    « C'était ma grand-mère qui me l'avait offert. Mais bon, on va pas chipoter pour un bonnet. Puis si on a de la chance, d'ici un ou deux mois, on dit adieu à la neige ! »


Je lui souris légèrement et appuie mes coudes sur mes jambes. Maintenant que je suis dehors, je compte bien rester ici. Elle est gentille. Puis c'est toujours quelqu'un à qui je peux demander de l'aide en cas de besoin.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eina Schwarzwälder
avatar
Asinos


Messages : 28
Date d'inscription : 03/03/2013

Lun 22 Avr - 20:04

Pour le coup, le sourire d’Eina devient presque sincère, bien qu’elle fasse attention à toujours le garder idiot. Pour une fois que quelqu’un est gentil avec elle… Ou plutôt, avec ce personnage qu’elle joue. Elle, personne ne la connaît vraiment, il n’y a que Zwei qui la voit telle qu’elle est, et Zwei n’est pas gentil, Zwei est juste… Zwei. Mais plus que d’être gentille, ce qui en soi est déjà un exploit vu les records qu’Eina a battus juste avant, elle offre aux doigts de cette dernière le soulagement ultime, et abandonne les recherches, rapidement qui plus est. Il semble bien qu’elle, au moins, n’est pas idiote, et a vite compris que chercher un bonnet blanc dans la neige ne sert à rien, sinon à se chopper une crève du tonnerre, infusée directement par les doigts qui fouillent dans la couche blanche. Mais pour parfaire le personnage, malgré ses mains qui hurlent à la clémence, Eina continue, encore un peu, juste un petit peu, le jeu en vaut la chandelle.

    - Attends, je suis sûre qu’on va le trouver…


Mais oui, c’est ça. Et la prochaine fois, elle part à la recherche du chaudron plein d’or sous le pied de l’arc-en-ciel, elle aura sans autant de chances, voire même un peu plus. Ce qu’il ne faut pas faire pour se donner l’air idiot, ceux qui le sont vraiment doivent être vraiment épuisés à la fin de la journée, ce n’est pas possible autrement. Enfin, toutes les bonnes choses ont une fin, et elle finit, elle aussi, par se rasseoir dans la neige, bras autour de ses genoux repliés, les mains rentrées dans ses manches. Ah, la douce chaleur de ses avant-bras… Elle écoute d’un air parfaitement attentif ce que lui dit Keelan, comme si elle ne comprenait pas tout à fait ce qu’elle dit, alors même que son accent est correct et qu’elle utilise des mots relativement simple –comme si elle avait compris qu’avec l’idiote qui lui fait face, il ne fallait pas trop en faire. Et soudainement, sa dernière phrase saute aux oreilles d’Eina, de quoi rebondir et en beauté. Ah, la météo, sa bonne amie, son sujet de conversation favori.

    - Ouaaaaaaais, trop, du printemps, ça ferait trop du bien. J’ai envie de sortir en short, yen a marre de la neige. Pis en plus, comme ça, quand ça aura fondu, on pourra retrouver ton bonnet !


On comme si Keelan comptait lui parler à nouveau une fois qu’elles se seront quittées, un optimisme qui touche bien entendu à la simplicité d’esprit, tout est dans les petites touches. On en rajoute une couche ? Oh, non. Elle en a déjà presque trop fait tout à l’heure, il ne faut pas pousser le bouchon. Reste crédible, Eina, face à trop de stupidité, les gens pourraient finir par avoir des soupçons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keelan Avril Neil
avatar
Vis


Messages : 36
Date d'inscription : 05/12/2012

Carte d'Identité
Âge: 19
Don:

Sam 11 Mai - 17:33



Elle semble heureuse et je la regarde s'extasier légèrement sur la météo. Je lui souris quand elle dit qu'on retrouvera mon bonnet. Le retrouver ? Comme si c'était possible... Peut être que quelqu'un l'a déjà récupéré, l'a amené chez les profs en tant que "objet trouvé" si cette personne est une âme charitable. Mais des âmes charitables, ici, y'en a pas tellement. Je sais même pas si y'en a vraiment une dans les deux écoles qui sont réunies à Virtus Insania ! Mais je lui réponds quand même, triturant une mèche de cheveux entre mes doigts :

    « Peut être, qui sait. »


Peut être même qu'on se recroisera au détour d'un couloir, ou même à la bibliothèque dans un des ateliers. Après tout, pourquoi pas. Parler de futilités, je sais faire moi ! Et elle a l'air douée pour ça aussi, alors bon, on peut bien s'entendre. Pas trop non plus, mais on peut. Fatiguée par mes batailles de boules de neige cette fouille infructueuses dans la neige, j'étouffe un bâillement avant de me redresser et d'enlever la neige sur mes vêtements.

    « Je vais devoir y aller, moi. Je suis déjà en retard, je dois voir une amie ! »


C'est pas vraiment une amie. Une pote. Une connaissance. Une fille comme ça. Une fille que c'est cool de voir parce qu'elle est marrante, mais sans plus. Je lui souris avant d'ajuster mes lunettes sur mon nez.

    « A la prochaine ! »


Je lui fais un signe de la main avant de me diriger vers l'entrée de l'école, ravie de pouvoir retrouver la chaleur des couloirs et de quitter la neige pour une très longue durée !





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Give me love [Keelan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ✩ give me love like her
» Give me love (or maybe not) - Ran'
» Give me Love [Davy & Calypso]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbum Pretium :: Virtus Insania :: Extérieur :: La plaine-
21.04 Installation du design printemps-été. Les nouveautées arrivent bienôt, on a juste essayer de vous faire déjà un joli truc ! N'hésitez pas à donner votre avis dans le FLOOD
AVRIL Un petit rappel des derniers évènements survenus à Clever Cross. Comment s'est finalement terminé le bal tout droit sorti d'un conte de fée. ICI

RUMEUR
EN CONTINU L'été arrive. Préparez vous tous à sortir vos maillots ! Les directeurs de Virtus Insania et de Clever Cross vous réservent une jolie surprise !