AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 How to be brave. - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Mer 13 Juin - 9:13



    Tu soupires, te retournes dans ton lit, joues légèrement avec les clés que tu avais oublié la dernière fois. Satanés clés. Si seulement tu ne les avais pas oubliées. Il n'y aurait pas eu cette... histoire. Cette tension bizarre qui s'est accumulée un peu partout dans ton corps. Sans que tu ne saches pourquoi, tu savais que quelque chose clochait. Qu'il y avait quelque chose entre eux de bizarre. Sans trop vraiment savoir pourquoi, ça t'avait gêné, ça t'avait perturbé même.

    Tu n'avais jamais vu Heath s'énerver avant ce jour-ci... et la seule chose qui changeait, c'était elle. Qu'avait-elle fait ? Qui était-elle ? Plus tard, tu avais appris son nom. Apparemment, ce n'était pas une personne à approcher. Évidemment. Ça aurait été trop simple sinon. Tu te recroquevilles sur ton lit, joues avec ces bouts de fers. Tu les fais tourner autour de ton index, avant de les stopper dans ta paume. Puis tu refais ce mouvement pendant plusieurs minutes. De longues minutes.

    Le poing sous ton coussin se serre et tes muscles se tendent. Tu détestes être seul. Tu détestes ça. Ça te fait peur. Ça t'horrifie à un point que peu de personnes peuvent l'imaginer. La solitude est le pire sentiment qui existe au monde. Tu en es persuadé.

    Tu hésites encore à te lever pour bouger un peu. N'importe tout, du moment que ça te change les esprits. En plus, tu ne peux même plus écouter de musiques ! Tu soupires et t'allonges sur le dos, regardes le plafond blanc, tes muscles se détendant automatiquement à cause de la position. Pourtant... ce poing reste serré sous l'oreiller.

    Puis tu te lèves, prenant soin de mettre tes clés dans ta poche et de prendre une veste. Ce matin, il faisait pas très chaud, donc à cette heure-ci... Peut être trouveras-tu une petite soirée tranquille, quelques personnes avec qui parler, avec qui te changer les idées, surtout.

    Avant de partir, tu t'observes dans le miroir de la salle de bain, tu passes une main légèrement tremblante – sans que tu n'en connaisses la raison – dans tes cheveux. Tu prends une grande inspiration et quittes la chambre après avoir vérifié que tu avais, d'un, ton portable, de deux, tes clés, et de trois, ta veste. Tout dans tes poches ou sur tes épaules, tu fermes la porte de la chambre. Et tu marches, les mains dans les poches, la tête légèrement baissée, le sourire n'apparaissant pas sur tes lèvres comme à son habitude. Tu marches, tu veux te changer les idées, le plus vite possible.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Jeu 5 Juil - 19:02

C'était une de ces nuits, une de ces nuits où Ani n'arrivait pas à dormir. Morphée avait décidé que ce soir, elle n'aurait pas le droit à son embrasse et c'était horriblement frustrant. La chose l'était d'autant plus que ce n'était pas son don qui l'en empêchait ce soir. C'était Lui qui l'empêchait de dormir. Il avait appelé, c'était rare, Ani ne gardait pas beaucoup contact avec sa famille lorsqu'elle était à l'école. Elle envoyait des lettres pour tenir au courant son père de tout ce qui se passait, mais ce dernier ne lui répondait jamais. C'était pas trop son truc les lettres. La communication en général. Quant à son frère, il devait lire les lettres qu'elle envoyait à son père, mais leur relation était si tendu qu'il n'y avait aucune sorte d'échange entre eux. Pourtant ce soir il l'avait appelé. Elle avait vu son numéro s'afficher sur son portable. Elle n'avait pas osé décrocher. Ani avait immédiatement pensé qu'il s'était trompé de numéro. Bien qu'il ait rappelé deux fois. Elle ne voulait pas se disputer avec lui au téléphone. Car tous leurs échanges s'étaient toujours fini ainsi. Toutes cette jalousie, toute cette haine et toute cette frustration... Elle n'en pouvait plus. C'est pour cela qu'elle était partie. Même si au fond d'elle, Ani s sait parfaitement qu'elle ne préférerait pas que leur relation soit différente. Elle aurait aimé avoir une relation aussi magique avec lui qu'elle entretenait avec Heath. Mais c'était trop tard.

Ani se retourna, pour la énième fois dans son lit. Incapable de s'endormir. Elle avait tout essayer, écouter de la musique, compter les moutons, penser à des trucs ennuyant... Mais rien n'y faisait. En plus, elle n'avait plus ses médicaments... Or ces derniers étaient très pratique pour s'endormir. On lui avait enfin retiré son plâtre. Depuis quelques jours seulement. Elle pouvait de nouveau écrire et lever les deux bras. Par contre elle avait une affreuse cicatrice. Une marque immonde qui partait de son épaule et parcourait tout son bras. Malgré l'été qui commençait à se faire sentir, Ani n'avait pas porté de manche courte depuis...

Stupide frère. C'était tout ce qui occupait ton esprit actuellement. Et ce n'était plus possible. Alors brusquement tu te lèves. Il faut que tu te changes les idées. Parce qu'à broyer du noir ici, tu vas finir par devenir plus folle que tu ne l'es déjà. Tu gardes ton grand t-shirt et ton short qui te servent de pyjama car tu as la flemme d'être présentable et tu enfiles juste ton gros pull rouge pour ne pas avoir froid. Tu te dis que de toute façon tu ne comptes pas aller te socialiser dans une de ces soirées bruyante, mais juste aller te changer les idées. Pourtant l'alcool te ferait un bien fou ce soir Ani. Parce que ce soir, Ani comprenait un peu pourquoi les gens pouvaient boire comme des trous. T'avais envie d'oublier. Un peu comme Niko. Mais bon... Elle n'avait pas envie de voir des gens. Pas n'importe qui du moins.

En prenant garde à ne pas réveiller ces colocataires, Ani sortie discrètement de la chambre. Déambulant dans les couloirs sans réel but. Ani commença à se dire qu'elle aurait peut-être du rester dans la chambre. D'autant plus qu'elle avait encore du mal à se repérer dans cette école gigantesque parfois. Mais pour le moment elle avait une vague idée d'où elle était. C'est alors qu'elle aperçu une forme qu'elle connaissait bien, un sourire s'étira sur ses lèvres et son frère disparu de son esprit. Elle se mit à courir et sauta au cou de Yugito.

« Yugi ! Qu'elle surprise ! Je suis si contente de te voir ! Tu n'imagines pas !Je ne pensais pas pouvoir te croiser ici à cette heure ! Toi aussi le sommeil te fuit ? »

Elle n'était pas très discrète, alors qu'ils étaient là au beau milieu de la nuit. Mais discrétion et Ani avaient toujours fait deux. Elle lui offrit son plus beau sourire car elle était heureuse de le voir. Sa présence la rendait heureuse. Elle était vraiment contente de le voir. Il était si gentil avec elle, capable de la supporter pendant des heures ! Et ils rigolaient tellement ensemble. Oui le croisé là, à cette heure, c'était une véritable chance. Finalement elle avait bien fait de sortir.


Spoiler:
 

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Lun 9 Juil - 17:35




    Les couloirs sont silencieux, ce soir. Plus que tu ne l'aurais pensé. Ou alors... tu n'as vraiment pas de chance et tu vas donc devoir retourner dans ta chambre. Enfin... Pas vraiment, tu n'y retourneras pas, pas maintenant, à quoi ça servirait de toute façon ? Les mains dans les poches, tu soupires et ralentis un peu ton rythme de marche.

    Des pas de courses te font relever la tête, et avant même que tu ne puisses voir qui c'est, un poids atterrit dans tes bras. Tu reconnais la chevelure d'Aniela et un énorme sourire prend place sur tes lèvres. Tes bras se referment sur elle sans que tu n'en ai donné l'ordre, et la voilà qui prend la parole. Tu ne réponds pas immédiatement. Elle se recule de toi, mais tu ne la lâches pas, tes mains restent accrochés à ses hanches. Tu lui souris de toutes tes dents.

    « En quelques sortes... »

    Ce n'est pas vraiment le sommeil qui te fuit, c'est plutôt toi qui fuit le sommeil... et ta chambre, aussi. Tu restes les bras attachés à ses hanches, tes yeux se perdent dans le vide pendant quelques secondes, mais de courtes secondes. Ton sourire s'agrandit et tu déposes un doux baiser sur la mâchoire d'Aniela. Parce que tu en as envie, parce qu'après tout, y'a rien d'ambiguë entre vous et que personne ne vous reprochera quoique ce soit... surtout à cette heure de la nuit.

    Tu la rapproches un peu de toi et l'enlaces, tu ne veux pas la lâcher, parce que tu as besoin d'avoir quelqu'un dans tes bras, tu en as plus que besoin, surtout ce soir. Ce soir où la solitude t'es revenu en plein visage, où tu as eu cette impression que tu veux vite oublier... le plus vite même. Et Aniela, la douce Ani, elle est là, elle est toujours là quand il faut, Ani.



    Spoiler:
     



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Sam 14 Juil - 12:42

Blottit contre lui, tu sens son sourire, tu sens son embrasse, tu sens ses bras se refermer sur ton corps frêle, et tout de suite ça va mieux. Parce que tu es toujours comme ça Ani. Tant qu'on t'aime, et qu'on te le montre, tout va pour le mieux. Même quand ça va pas. C'est comme ça que tu marches. C'est tout ce que tu demandes. C'est peut-être superficiel, mais tu ne peux pas supporter qu'on te dise simplement « je t'aime ». C'est stupide mais c'est comme ça. T'y peux rien...

Dans son étreinte, Ani sentie qu'elle n'était pas la seule à déprimer un peu. Yugito d'ordinaire autant tactile que bavard était très silencieux ce soir... Ani n'aimait pas trop cela. On ne peut pas dire que Yugito et elle soient de grands confident. Quand il s'agissait de ses problèmes, Ani se tournait plutôt vers Niko ou Heath, et encore elle ne disait pas tout à ce dernier. Et on se confiait peu à elle... Il faut dire qu'avec le flot de parole que la jeune fille peut déverser il est difficile de simplement dire un mot. Mais la jeune fille n'aimait pas voir son ami comme ça. Il avait beau sourire et la prendre dans ses bras, ce « en quelque sortes... » résonnait dans sa tête et l'inquiétait un peu.

Il déposa un baisé puis l'enlaça à nouveau. Mais pas un mot ne lui avait échappé depuis tout à l'heure. Cette proximité entre vous était normale. Ce silence, un peu moins. Il s'était peut-être fâché avec quelqu'un, pensa-t-elle. Elle savait qu'Heath et lui était plutôt proche. C'était peut-être ça ? Ou une histoire de cœur ? Ou de famille ? Délicatement, Ani rompit l'embrasse du jeune homme. Écartant quelques mèches de cheveux qui trainaient sur le visage du blondinet, elle lui demanda doucement.

« Oh toi ça ne va pas... Je le sens ! C'est une fille ? C'est Heath ? Ah ! Enfin si tu veux rien me dire je comprends hein... Mais est-ce que je peux faire quelque chose pour te remonter le moral ? Hein ? dis moi? »

Ani, elle, n'avait pas perdu sa capacité à mettre une multitude de mots dans une phrase qui pourrait être courte.


Spoiler:
 

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Jeu 19 Juil - 18:57




    Tu l'écoutes parler, attentivement, puis tu ouvres la bouche, la referme. Ta main glisse lentement pour attraper la sienne. Tu la regardes puis tu hausses les épaules d'un mouvement que tu veux nonchalant. Un peu comme si tu t'en foutais, un peu comme si tu n'étais plus vraiment... tu retiens un soupir de justesse puis tu la regardes, encore.

    « On va se balader ? T'as fais quoi de ta journée toi ? Et puis, pourquoi t'arrives pas à dormir ? »

    La parole reprend son droit sur toi, enfin. Ton sourire reprend vie... un peu. Tu la tires un peu pour la forcer à marcher, les couloirs sont silencieux ce soir, sauf quand ta voix reprend le dessus sur ce silence, un peu comme si tu n'en pouvais plus de rester silencieux, un peu comme si tu n'arrivais plus à retenir toute cette frustration – si ça en ai – comme si... comme si tu avais besoin de tout laisser partir maintenant.

    « En fait, je me suis disputé avec Heath, enfin, c'est pas vraiment une dispute, tu vois ? C'est bizarre, en fait, j'sais pas, j'le connais pas, en fait. C'est bizarre, non ? J'me suis rendu compte que je le connaissais pas, ça me fait bizarre. »

    Tu t'arrêtes un instant pour la regarder, tu te pinces les lèvres. C'est vrai que ça te fait plus bizarre que tu ne l'aurais cru, Heath, il est plus que tu ne le pensais, en fait. Plus qu'un pote de chambre, plus qu'un pote tout court. C'était... pas comme ton meilleur ami, mais presque. Enfin, quelque chose qui y ressemble, tu crois.

    Puis, cette Lyria te perturbe. La relation qu'elle a avec Heath aussi. Cette fois, tu ne retiens pas ton soupir et tu tournes ton visage vers Ani, tu lui souris de toutes tes dents.

    « Désolé, je t'ai coupée. Ta journée à toi, alors ? »

    Ta main tient toujours la sienne, bien serrée entre tes doigts. Tu ne veux pas la lâcher, surtout pas.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Ven 20 Juil - 15:43

Parfois on se dit que c'est mieux de tout garder pour soit. On veut pas embêter les gens avec des problèmes personnels. Et puis que penseraient-ils de vous en sachant certaines choses. Alors en général on garde ses peines pour soit. On se dit que ça ira forcément mieux le lendemain, qu'on a pas besoin des autres. Mais c'est faux. Parce que tout seul, on résoud rarement les choses. Pourtant on s'obstine. On a peur du regard des autres. On ne veut pas de leur pitié. Ani a toujours fonctionné comme cela. A toujours tout garder pour elle et paraître si innocente et si naïve. Elle l'était. Parce qu'elle oubliait vite ce qui la brisait. Son pouvoir lui occupait pas mal l'esprit, même si la réalité lui revenait souvent bien trop vite et bien trop violemment. Mais que penseraient-ils de sa famille brisé. Le regard des autres l'avait toujours effrayée. Il n'y avait que le regard de Niko qui ne l'effrayait pas. Mais il n'était pas là. Il était surement en train de faire la fête, ravager son corps et décoller de la réalité. Non elle ne voulait pas le voir ainsi. Elle ne le pouvait pas.

Ani sentit la main de Yugi se refermer sur la sienne. Lui il était là. Mais c'était pas pareil. C'était pas Niko. Lui il répond à sa question par une question. Au début Ani se sentit un peu blessé. Elle avait cru qu'il lui dirait. Mais il avait détourné la conversation sur elle. Elle serra néanmoins sa main dans la sienne. Il propose de se balader. Ani n'était pas contre. A rester sans bouger dans ce couloir froid, elle allait finir par attraper la crève. Elle aurait dû mieux se couvrir. Elle le savait.

« Si tu veux oui. »

Un grand sourire illumine son visage. Elle suit Yugito qui l'attire dans les couloirs sans fin de Virtus. Elle allait lui raconter sa journée, après tout, il avait bien le droit de ne rien vouloir lui dire. Elle était la première à comprendre. Cependant, avant qu'elle puisse le faire, il reprit la parole. Et finalement il lui raconta ce qui le tracassait. Elle était contente qu'il lui fasse confiance. Et elle avait eu raison c'était Heath. Cela ne l'étonnait pas vraiment. Elle, elle savait qu'Heath était... comment dire... C'était dur de le connaître vraiment. Mais elle l'avait accepté car Ani l'aime comme il est.

« Ça peut te paraître étrange aussi, mais j'vois ce que tu veux dire. J'pense qu'Heath a peur de s'attacher aux autres. Mais tu sais, c'est pas parce que tu le connais pas qu'il ne ressent rien pour toi. Je suis sûre qu'il t'aime bien. »

Un sourire qui se veut rassurant se dessina sur son visage. Elle n'aimait vraiment pas voir Yugi comme ça. Mais Ani avait été un peu dans le même état d'esprit il y a quelques mois, sous la neige, avec les fleurs en cristallines et Heath. Ce jour là, Ani s'était juré qu'elle apprendrait à connaître le vrai Heath. Elle devait y aller doucement, mais elle voulait qu'il ait confiance en lui. Parce qu'elle l'aimait vraiment beaucoup. Plus que son véritable frère.

« Ce que j'ai fait moi ? Voyons voir... Hum... J'ai mal dormi la nuit dernière, les voix de la forêt on pas arrêter de m'agresser. Du coup je me suis levé plus tôt que d'habitude. Après la routine, vos trucs là... Vos exercices de malade. Les cours... J'ai mangé avec Clyde ce midi ! Il était encore tout seul le pauvre. J'crois que je lui parle trop, mais il s'est jamais plaint de ça. Après... les cours encore... J'prends ceux de Lyria en ce moment. Elle est absente. J'sais pas trop pourquoi... Oh ! Après j'ai travaillé un peu et... »

Ani mordilla sa lèvre inférieur et détourna le regard. Elle ne savait pas si elle allait réussir à lui dire. Mais il l'avait bien fait lui. Il était surement tout aussi inquiet qu'elle l'était. Mais son frère... C'était un peu un sujet tabou chez Ani. Elle passa une de ses mains dans ses cheveux tandis que l'autre entrainait celle de Yugi dans un balancement montrant qu'elle réfléchissait. Elle ne savait pas trop comment s'y prendre. Ni par où commencer. Elle eut un frisson. C'était surement le froid encore. Ils s'étaient arrêté et les courants d'air glaçait ses jambes nues.

« J'ai froid. Tu veux pas qu'on avance un peu ? »

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Mar 24 Juil - 20:50




    Tu l'écoutes attentivement, ta main toujours liée à la sienne. Elle te parle de Heath, et tu ne peux t'empêcher de penser à sa relation avec Lyria. Tu as l'impression qu'il sont proches. Plus proches que tu ne l'aurais pensé. Tu te pinces les lèvres et la voilà qui te raconte sa journée. Tu poses ton regard sur elle, marchant d'un rythme assez lent. Comme pour ne pas briser l'instant.

    Tu l'écoutes toujours aussi attentivement. Puis le prénom « Lyria » attire ton attention. Elle la connaît ? Bon, apparemment, tout le monde ou presque la connaît, sauf toi, évidemment. Mais là n'est pas la question. Elle lui apporte ses cours ? La curiosité te pique et tu vas pour ouvrir la bouche, mais elle se stoppe. Tu fronces les sourcils, surpris.

    Tu t'arrêtes. Elle balance sa main – et la tienne par la même occasion – dans un rythme lent et régulier. Un peu comme si elle réfléchissait. Tu attends encore un peu. Tu ne veux pas la forcer. Tu as l'impression qu'elle allait dire quelque chose d'important... mais quoi ?

    « Et... ? »
    « J'ai froid. Tu veux pas qu'on avance un peu ? »

    Tu ouvres la bouche, la refermes. Ce ne sera pas pour aujourd'hui apparemment. Tu lâches sa main tout en douceur et enlèves ta veste de tes épaules pour la poser sur les siennes. Tu es certes frileux, mais apparemment moins qu'elle. Tu passes ton bras autour de ses épaules et déposes un baiser sur sa tempe qui est à la portée de tes lèvres.

    Tu reprends ce rythme lent. Tu ne veux pas la forcer à parler, à en parler. Parce que ça doit être vraiment quelque chose d'important pour couper la chique à Ani. Puis tu décides de prendre toi la parole. Peut être t'en parlera-t-elle, peut être pas. Dans tous les cas, tu veux lui dire.

    « Je suis content de t'avoir vu ce soir, enfin... de t'avoir croisé quoi. Parce que ça faisait longtemps qu'on s'était pas vu tous les deux. Et j'veux que tu saches que ça m'a vraiment fait plaisir. Enfin, tu vois quoi ? »

    Même si elle ne voit pas, c'est pas très grave. Toi, tu sais. Elle est importante pour toi, Ani, à sa façon. Tu tiens à elle comme une petite fleur à protéger. Une petite fille à aider. Tu lui fais ton plus beau sourire... avant de lui faire un clin d’œil rempli de malice.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Dim 5 Aoû - 20:17

Elle sent un léger poids sur ses épaules. C'est Yugi. Il venait de déposer sa veste sur elle. De ses petites mains froides, elle s'entoure bien du vêtement. Il va avoir froid, elle le sait, mais elle sait aussi qu'il ne la reprendra pas maintenant. Il dépose un baisé sur sa tempe et un sourire se dessine sur ses lèvres. Elle aime l'affection et il sait lui en donner. Elle adore toujours autant. Elle l'enlace rapidement avant de rompre son embrasse car il l'entraine un peu plus loin. Elle ne sait pas où elle va et elle n'est pas certaine qu'il le sache aussi mais qu'importe. Marcher comme ça avec lui c'est magique, alors la destination, c'était bien le dernier de ses soucis.

Puis il brise le silence qui s'était formé, et elle l'écoute attentivement. Elle aussi était contente de le voir. Parce qu'en fait elle n'aurait pas pu tomber sur mieux. Elle n'avait pas vraiment parlé avec Niko depuis les évènements de leur arrivé ici... Cela l'embêtait grandement, mais elle n'osait pas trop l'approcher, de peur qu'il la rejette. Mais elle sait que c'est stupide et qu'au fond il doit penser la même chose qu'elle. La peur qu'il puisse l'abandonner étant pourtant toujours présente, elle n'a pas réussi à aller le voir. Elle ne voulait pas parler de son frère avec Heath. Ça lui semblait normal. Et on ne pouvait pas dire que Clyde aurait pu l'aider ni même Cam. Alors en fait, tomber sur Yugito était une chance inouïe. Car il savait la réconforter dans le fond, même sans rien savoir. En plus il est bien vrai que cela fait un moment qu'ils ne s'étaient pas vu. Aniela attrape son bras et le serre fort contre elle, pour lui faire comprendre que, elle aussi, c'est pareil.

« Moi aussi Yugi. J'suis vraiment contente que tu sois là avec moi ! »

Et elle le laisse l'entrainer d'un pas lent toujours plus loin. Son bras toujours serré. Ils marchet un moment en silence. Ani ne dis rien, elle est plongée dans ses pensés. Elle pense à la Pologne, à sa famille qu'elle fuit plus qu'autre chose. Au climat malsain qui y règne. Elle en a assez de tout cela... Mais se sent si impuissante fasse à tout ça. C'est frustrant.

« Tu sais Yugi, je le dis rarement, mais j'ai un frère. Un grand frère. C'est un Sans. Et... Je le déteste. Vraiment. Je sais, ça me ressemble pas trop, mais c'est comme ça... Et... On se parle plus beaucoup tu vois. C'est mieux comme ça. Nos disputes m'épuisent, elles sont trop violentes... Mais là il vient de m'appeler... trois fois... c'est pas son genre... Mais j'ai pas décroché. J'm'en fiche de ce qu'il me veut tu vois... Enfin je crois... C'est compliqué. Mais bon... C'est rien, faut pas trop t'en faire pour moi surtout. »

Ani ne se reconnaissait pas là, elle ne pensait pas qu'elle en dirait autant. Ça l'avait prise comme ça d'un coup. Il n'y avait que Niko qui en savait beaucoup sur Wieslaw. Sur sa famille en général. Après tout, Ani avait une confiance totale en lui. Mais elle ne voulait pas mêler Yugi à ses histoires. Parce que c'est compliqué. Ani et Wies auraient pu être les meilleurs frères et sœurs du monde, mais ils sont les pire qu'il puisse avoir. Cependant, le fait d'en avoir un peu parler là. Avec Yugi. Lui procurait une sensation de bien être. Elle se sentait plus légère. Elle continuait d'avancer, silencieuse maintenant. Elle n'attendait rien de Yugi. Elle avait juste éprouvé le besoin de le dire. Parce qu'elle voulait être honnête avec Yugi, elle voulait ne rien lui devoir et elle lui devait déjà beaucoup. Elle n'avait pas besoin qu'il lui répond. Sa présence, ses tendresses, son affection étaient suffisantes.

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Lun 6 Aoû - 8:58



    Son bras enserre le sien et tu lui souris. Elle te répond, d'une voix rapide, comme toujours. Ton sourire s'agrandit. Et le silence reprend ses droits. Tu humidifies tes lèvres. Où est-ce que vous allez exactement, tu ne sais pas. Vous marchez pour le moment, c'est ce qui compte. Après tout, ne dit-on pas que la destination importe peu ? Que c'est le voyage le plus important ? Ouais, un truc du genre quoi.

    « Tu sais Yugi... »

    Tu lui jettes un regard, pour lui faire comprendre que tu l'écoutes sans la couper. Elle ne te regarde pas, sa voix est douce, peut être hésitante. Tu ne saurais pas la décrire. Mais tu restes attentif à chaque mots, à comment elle le dit, pourquoi elle le dit aussi. Tu continues de marcher, elle est toujours pendue à ton bras. Puis la dernière phrase sort de sa bouche. Ne pas s'inquiéter ? Un sourire taquin anime tes lèvres et tu te tournes légèrement vers elle, ta main libre gratte ta nuque, un peu comme pour trouver les mots. Une métaphore, une comparaison qui conviendrait...

    « Tu sais, ne pas m'inquiéter pour toi, c'est comme si... c'est comme si tu me secouais des billets d'avion pour le Bengale en disant que je peux pas y aller, tu vois ? Enfin non... tu vois pas. »

    Parce que toi non plus, tu voyais pas vraiment. C'était juste impossible, de ne pas t'inquiéter pour elle. Pourquoi ne pas l'avoir dit tout simplement ? T'en sais rien, t'es juste un peu bête, des fois. Tu te donnes une claque – mentale, hein – et tu t'arrêtes, la stoppant par la même occasion. Tes mains glissent sur ses hanches et la rapprochent de toi. Tu la serres contre toi, elle est tellement proche de toi qu'elle peut sûrement entendre ton cœur taper contre ta poitrine. Tu fermes les yeux et doucement, tes mains coulent sur son dos pour lui procurer de légères caresses. Tu ne sais pas comment lui dire, tu ne sais plus vraiment.

    Et ta voix s'élève, légèrement hésitante, un peu éraillée parce que tu parles trop bas, là, au creux de son oreille.

    « Tu sais, si t'as besoin d'aide... j'suis là, hein ? »

    Parce que tu détestes être inutile, surtout pour les personnes que tu aimes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Sam 18 Aoû - 20:14

Non elle ne voyait pas trop. Enfin si. Un peu. Peut-être. L'idée. En gros. C'est pas bien grave de toute façon. Ce qui compte c'est qu'il est là. Là. Maintenant. Qu'elle aussi soit là, blotti contre lui. Parce qu'il l'a arrêtée, parce que de nouveau il l'a enlacée, parce qu'elle sent son cœur battre dans sa poitrine. Elle passe les bras dans le dos de Yugi, elle le sert contre elle, pour être sûre qu'il ne s'en aille pas. Pas maintenant. Elle apprécie tant cet instant. Elle se sent en sécurité dans ses bras. Elle en oubli cet affreux coup de téléphone, son frère, sa Pologne qui pourtant ne cesse de la pourchasser. Elle enfouit son visage dans le torse de Yugi. A l'abri dans les bras de Yugi, tout paraît si loin. C'est magique. Car Ani en a marre. Elle en a marre de fuir. De fuir une vérité qu'elle ne veut pas entendre mais qu'elle connait très bien. De fuir cette ambiance malsaine qu'il y a chez elle. De fuir les cauchemars de Synchronicity, car à chaque instant elle a peur que tout explose de nouveau. Si une école était tombée pourquoi pas les autres ? Ani a peur. Elle a peur de finir plongé dans le passé comme son père, d'être détruite par ses sentiments comme son frère ou de finir oublié sous un tas de décombres. Elle ne veut pas voir sa famille plus détruite qu'elle ne l'est déjà. Elle ne veut pas voir ceux qu'elle aime partir sans rien pouvoir faire. Pourtant c'est ce qui arrive. Elle voudrait tous les protéger, mais elle n'y arrive pas. Elle s'y perd et ne contrôle rien. Elle a tendance à être celle qui est protégée plutôt que celle qui protège. Et dieu sait qu'elle aimerait que cela change. Cependant elle n'arrive pas à vivre sans dépendre des autres. C'est impossible.

C'est pathétique mais les choses sont comme elles sont. Elle l'a réalisé à son arrivé ici. Lorsque Niko a lâché sa main, le vide qui l'a envahit lui a fait comprendre qu'elle ne pouvait pas vivre seule. Certains étaient accrochés à la drogue, d'autres à l'alcool et bien Ani, elle, était accrochée aux autres. Plus que n'importe qui d'autre surement. Ani ne peut pas vivre seule, comme un addicte ne peut pas vivre sans sa dose d'extasie. Elle a besoin d'une harmonie que seule une vie entourée par d'autre personnes peut lui apporter. Elle a besoin d'entendre ce chant harmonique que les arbres lui souffle véritablement. Leur cohésion elle veut la connaitre, même si elle se doute que les hommes ne marchent pas pareil. Cette musique l'enivre. Elle veut connaître cet havre de paix qu'elle se prend à entendre parfois. Elle veut le ressentir et pas juste l'entendre. Comme les fleurs de cristal avec Heath.

Et en cet instant, avec Yugi, elle ressent un peu cette harmonie qu'elle recherche sans arrêt. Parce qu'elle sait qu'il est sincère. Qu'il fera surement pratiquement n'importe quoi pour l'aider. Qu'elle pouvait avoir confiance en lui et ça, ça n'a pas de prix. Et l'aider il l'avait déjà bien fait. Il avait pris ses cours pour elle un temps, parler de son frère lui avait fait un bien fou et dans ses bras elle se sentait si sereine. Un peu d'amour qu'on lui offrait. Une chose qu'elle recherchait mais qu'elle désespérait tellement à trouver.

« Merci. »

Un mot. Un seul. Un rareté pour Ani. Mais qui signifiait tant à lui tout seul. Et délicatement elle se hisse sur la pointe des pieds et vient déposer doucement un baiser sur la joue du garçon. Merci.


Spoiler:
 

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Dim 19 Aoû - 22:54



    « Merci. »

    Tes joues se colorent rapidement de cette teinte rosé, tu détournes le regard alors qu'elle dépose un baiser sur ta joue. Tu bégayes presque. Puis tu hausses les épaules. Merci ? De quoi ? Pour toi, tout paraît normal, c'est un peu comme si... tu la regardes, reprends un minimum ton calme puis tu lui fais ton plus beau sourire. Parce que c'est Ani, et c'est tout.

    Ta main attrape la sienne et tu recommences à avancer doucement. Tu restes silencieux quelques instants avant de reprendre la parole, la regardant, lui souriant. Tu es plein d'entrain, ce soir. Tu as envie de chasser la mélancolie sur son visage, au moins pour un instant, juste pour un instant, juste pour la voir sourire, la voir rire, car c'est ce qu'il y a de plus précieux, et puis, c'est tout ce que tu peux faire, après tout, car tu n'es pas capable de plus.

    « Je t'ai raconté comment je m'étais perdu la première fois à Virtus Insania ? Alala ! Si tu savais. Je savais plus où se trouvait les chambres, alors j'ai cherché un peu partout, et j'suis tombé sur une salle de classe vide... et ben j'peux te dire que le sol de Virtus n'est pas du tout, mais pas du tout, mais genre pas du tout du tout du tout, confortable ! Les tables encore moins.  »

    Tu parles encore, de tout, de n'importe quoi. Tu lâches quelques trucs sur tes voyages. Pas grand chose, pas que tu veuilles le cacher, c'est juste que tu n'y penses pas. Tu la regardes, lui souris de toutes tes dents avant de déposer un léger baiser sur son front. Tu lui jettes un clin d’œil, vos doigts enlacés. Cette journée ne pouvait pas se terminer mieux, de toute façon. Se balader dans les couloirs, ne pas savoir vraiment où vos pieds vous guident, vous faire attraper à tout moment car vous avez déjà dépassé l'heure du couvre feu... mais après, qu'est-ce qui importe ? Vous êtes tous les deux, et c'est tout ce qui compte, n'est-ce pas ?


    Spoiler:
     


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Lun 17 Sep - 8:30

Elle serre sa main dans la sienne. Et le suit, un sourire béa au lèvre. Parce qu'elle est toute contente. Parce qu'elle aime quand il parle comme ça en toute spontanéité. Parce que c'est comme ça qu'ils passent du bon temps ensemble. Juste entre eux. Lorsque c'est interdit, parce que c'est toujours mieux. Et vous parlez de tout et de rien. Il la fait rire avec ses histoires pas croyables. Il est aussi doué qu'elle.

« Moi aussi je me suis perdue le premier jour avec un ami. On a tourné en rond dans les couloirs un bon moment... En plus avec cette histoire de troll c'était assez flippant. Heureusement il a beaucoup de chance et on a réussi à retrouver les dortoirs. Je sais pas si j'aurais pu dormir comme toi. »

Elle en rit là sur l'instant, mais ça l'attriste un peu d'y penser. Parce que depuis avec Nikolaï c'est devenu compliqué. Mais elle s'interdit d'avoir la moindre penser déprimante maintenant. Alors pour le moment elle oubli. Elle réglera ce problème plus tard. En temps voulu.

« J'espère que tu vas pas me perdre ce soir ! En plus je... Je sais pas où on est et je serais incapable de retrouver le dortoir. »

Elle l'avoue avec une petite voix, les joues un peu roses, parce qu'elle a un peu honte de sa bêtise. Puis elle lui raconte des broutilles elle aussi. Parce qu'elle est aussi bavard que lui et qu'à eux deux, une discussion est sans fin. Elle lui raconte qu'elle n'a pas beaucoup voyagé elle. Elle n'avait vu Varsovie qu'une fois avec sa famille il y a très longtemps. Saint-Pétersbourg grâce à Synchronicity et elle avait à peine visiter les alentours de Virtus avec toutes ces restrictions. Pourtant c'est la première fois qu'elle mettait un pied en Allemagne. Elle lui avoue qu'elle adorerait voir un peu plus de pays car elle est toujours restée cloitré chez elle et c'est vraiment asphyxiant à force. Il dépose un baisé sur son front et elle lui fait un sourire radieux. Elle rit un peu. Mon dieu ils pourraient réveiller toute l'école à eux deux s'ils ne faisaient pas attention. Ce n'était pas trop son genre de braver l'interdit d'habitude, mais pour une fois elle appréciait.

« On devrait faire ça plus souvent ! On risque de finir par se faire attraper... Mais ça fait vraiment du bien je trouve. Et c'est amusant. Si je continue comme ça je vais finir par faire pleins de trucs interdits par contre. Tu crois que j'entre dans une phase rebelle ? Je sais pas si c'est bien, y en a qui vont s'inquiéter. Tu crois que j'vais finir par porter du noir ? Ou des vêtements tout déchirer ? Ca se trouve j'vais finir tatouer de partout ! Mais c'est plutôt excitant et amusant. »

Une fois de plus elle s'emporte, mais elle sait qu'avec Yugi c'est pas grave. Parce qu'il est pareil.


Spoiler:
 

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Sam 20 Oct - 16:56



Tu ris, elle rit. Vous riez, vous faites du bruit, mais vous vous en foutez. Vous êtes là, et c'est tout. Vous êtes ensemble et c'est ce qui compte. Vous parlez, de tout, de rien, d'elle, de toi. Incapable de trouver les dortoirs ? Toi non plus ! Enfin, si, peut être. En réfléchissant, mais tu n'as pas envie de réfléchir, pas maintenant, pas tout de suite. Tu as juste envie de te laisser porter, de marcher avec elle, main dans la main, dans les couloirs de Virtus Insania.

    « J'ai voyagé un peu partout, moi, avec mes parents, avant de venir ici. J'aimerais vraiment repartir voyager, ça serait vraiment génial, en fait ! C'est mon rêve. Voyager, encore, encore encore. C'est tellement beau. Y'a des endroits magnifiques sur Terre, des trucs que t'aurait même pas imaginé dans tes rêves les plus fous tellement c'est beau ! »


Et tu déposes un baiser sur sa tempe, resserres ton emprise sur ses doigts, tu la serres contre toi, tu marches, tu la tires vers toi. Et des fois, tu la fais virevolter. Juste par plaisir, et tu ris, tu ris. Encore, toujours.

    « Je te vois mal avec des piercings partout ! Peut être à l'arcade, mais non ! N'en fais pas, tu abîmerais ton joli visage, t'es folle ?! Puis, toute en noir, ça t'irait pas. J'te préfère pleine de couleurs. C'est mieux, ça te va mieux. La couleur, c'est bien ! Et puis.. D'un certain côté, on se rebelle, mais quand on se rebelle, on est vraiment soi-même, non ? Et la couleur, c'est toi, donc faut rester colorée ! »


Tu lui souris de toutes tes dents, tes doigts s'entremêlent aux siens. Tu lui souris et tu regardes autour de toi. Vous n'êtes pas loin des dortoirs de Synchronicity, et pas loin de ta chambre. En bref, vous êtes au milieu du chemin. Mais tu as juste envie de rester avec elle, encore un peu.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Sam 10 Nov - 20:43

Elle le laisse la diriger, la manipuler. Elle aime bien quand il est si attentionné avec elle. Et à force de parler de voyage, le jeune homme donne encore plus envie à la Polonaise de partir à l'aventure. Au elle s'était promise de faire ça une fois ses études fini au moins. Mais si elle pouvait elle partirait dès maintenant. Virtus donnait d'autant plus cette envie que Synchro car elle y suffoquait. Elle s'y sentait enfermé. Ils n'étaient pas assez libre, elle n'avait pas de lieu où se recueillir. Cette école était une véritable prison. Pourtant elle avait préféré y aller plutôt que rester chez elle... Elle avait entendu dire que Clever Cross était beaucoup plus agréable, mais c'était ici qu'on les avait envoyé et non en France.

Elle souris à Yugi, lui glisse un bisou au coin de la joue, et elle rit. Elle rit avec lui et leurs voix font échos dans les longs couloirs. C'est toujours un grand moment quand Yugi est là. Parce qu'il est comme Aniela. Il lui ressemble beaucoup. Quand on les lance plus rien ne les arrête. Et c'est ce qu'Ani apprécie avec Yugi. Leur complicité, leur spontanéité, leur bêtise. Le fait que quand l'un commence à déblatérer sur un sujet, l'autre enchaine. Ils pourraient animer une conférence. Parce qu'ils sont dur à comprendre mais qu'ils sont intarissable quand il s'agit de dire de choses.

« Ne t'en fais pas. Tu sais bien que ça ne me ressemble pas ! Je déteste le noir en plus. C'est triste. Ça n'apporte pas de joie. Et puis ça ne me va pas du tout. Je dois pas avoir un seul vêtement noir d'ailleurs. Non. Même pas une culotte. Ne t'en fait pas. Et puis si tu me dis que je devrais rester ainsi, je le resterai. »

Parce que même si on l'apprécie généralement mal à la longue, elle ne pense pas que c'est avec des piercings et des vêtements déchirés qu'elle allait attirer plus de gens. Et elle aime son originalité, de nos jours être rebelle ce n'est même plus original dans le fond. Ça ne l'a surement jamais vraiment été et puis ça ne lui irait pas. Yugi a bien raison. Il a toujours raison.

« J'aime mes cheveux verts et avoir des vêtements colorés oui. Et puis je crois que sans ça, beaucoup de personnes n'auraient pas le sourire en me voyant... J'aime bien égayer un peu les journées des gens. Si mon sourire pouvait résoudre tous les problèmes des autres... Ce serait génial. J'aurai voulu avoir ce pouvoir. »

Car elle a conscience que son côté tout sourire, tout simple, tout gentil a tendance à redonner un peu de gaîté de la vie des autres. Clyde, Niko, Heath, Cam... Ils sont si nombreux et elle sait que pour la plupart elle symbolise un peu un soleil qui éclaire et réchauffe leur vie. Alors elle sourit toujours et elle semble toujours heureuse, elle a l'impression que si elle, elle ne l'était pas, plus personne ne le serait. Ça lui donne l'illusion qu'elle vie dans le meilleur des mondes.

Elle regarde un peu partout autour d'elle. Elle reconnaît vaguement cet endroit. Elle est déjà passée plusieurs fois par ici lui semble-t-il. Ils ne devaient pas être si loin des dortoirs alors. Car oui toutes les bonnes choses ont une fin. Même lorsqu'on ne veut pas.

« J'crois que je reconnais. On est pas trop loin des dortoirs n'est-ce pas ? »

Elle dit ça avec un petit sourire triste. Parce qu'au fond elle ne veut pas aller se coucher. Elle marche d'un pas hésitant, comme pour les ralentir, éviter ce moment où ils devront aller chacun de leur côté. Rallongé un peu le temps qu'ils passent ensemble ainsi. C'est cool les escapades nocturnes après tout.

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yugito Frazen
avatar
Placidus


Messages : 321
Date d'inscription : 02/05/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Mer 14 Nov - 9:11



Tu l'écoutes attentivement lorsqu'elle parle d'elle, de sa façon de s'habiller, de ses vêtements et tu ne peux t'empêcher de laisser échapper un rire. Ta main attrape la sienne, la balance légèrement. Et elle parle de ses cheveux. Et tu ne peux t'empêcher de te demander si c'est naturel ou non. Si c'est une couleur ou pas. Tu ouvres la bouche, la referme. Puis en fait, c'est pas grave. C'est comme ça, c'est tout. Elle parle de son sourire, et tu la regardes. Elle semble être perdue dans ses pensées, juste pendant quelques instants.

    « D'un certain côté, tu l'as déjà ce pouvoir, tu sais ? »


Tu lui souris légèrement. Elle l'a, ce pouvoir, tu en es persuadé. Après tout, avant de la rencontrer, ce soir, dans les couloirs, tu pensais juste à oublier un peu. Oublier Lyria, oublier Heath. C'est ce que tu voulais, et c'est ce qui s'est passé. Parce qu'elle était là. Parce qu'elle t'a fait rire, elle t'a fait oublier les moments désagréables. Pour un temps, certes, mais elle l'a fait.

    « J'crois que je reconnais. On est pas trop loin des dortoirs n'est-ce pas ? »
    « On y est dans deux minutes. »


C'est un peu tôt, pour toi. Tu aurais voulu traîner un peu plus dans les couloirs avec elle, rire encore. Vous vous seriez sûrement fait attraper, mais ça aurait été marrant. Tout aurait été un peu plus drôle. Vous marchez encore un peu et tu restes silencieux, avant de reprendre la parole. Vous y êtes, au dortoir. Tu t'arrêtes dans le couloir, la tire légèrement vers toi pour une étreinte. Tes doigts caressent lentement son dos et tu souris dans son cou, déposes un baiser sur sa joue. Tu te recules, fais une légère révérence en riant doucement.

    « Et voilà princesse ! Vous êtes arrivée. »


Et ton sourire s'agrandit. Tu as eu de la chance de rencontrer Ani ce soir. Vraiment beaucoup de chance.

    « On se voit demain, hein ? »


Mais c'est plus une affirmation qu'une question, puisque tu la vois tous les jours ou presque. Mais c'est une façon de se dire que demain, ce sera pareil, que y'a rien qui change, et que c'est bien, des fois.

Des fois, tu aimerais que plus rien ne change.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aniela N. Glinczanki
avatar
Springtie


Messages : 142
Date d'inscription : 02/01/2012

Carte d'Identité
Âge: 17ans
Don:

Ven 4 Jan - 12:36

Peut-être que d'un côté elle l'a ce pouvoir. C'est certain. Elle le pense. Mais en même temps, elle ne le maitrise pas assez ou alors il n'est pas assez puissant. Parce que tout ce qu'elle fait n'est jamais suffisant. Elle sait qu'elle a réussi à redonner le sourire à Yugito en le croisant ce soir, mais elle sait aussi que ce n'est pas ainsi qu'elle va résoudre son problème. Tôt ou tard, il y repensera et ne sera pas heureux. C'est pareil avec Niko, elle a beau lui promettre qu'elle le sauvera, pour l'instant elle est très mal partie. Elle se sent impuissante face à ses problèmes. Ani ne baigne même pas dans cet univers, il lui est difficile de le comprendre. Tout ce qu'elle peut faire c'est rendre Niko heureux quelques instants, le voir sourire et le serrer fort. Mais c'est tout. Elle ignore comment faire plus. Et elle n'aime pas cela. Ani n'aime pas être impuissante, elle a toujours du se débrouiller seule, avec un papa et une maman pas très conscient des besoins d'une famille, mais elle avait toujours fait avec. Elle avait toujours tout surmonté. Son frère, l'école, la solitude. Elle avait toujours trouvé un moyen de se débrouiller. Mais pour les autres elle n'y arrivait pas. Elle a l'impression de n'être qu'un élément éphémère dans leur vie. C'est cela qu'elle détestait.

Et voilà que cette rencontre improbable doit toucher à sa fin. Ce n'est pas de son goût, mais elle sait que cela ne fait pas non plus plaisir à son partenaire. Les couloirs sont silencieux, on entend que le l'écho de leur pas qui résonne lentement à travers les murs. On sent que ni l'un, ni l'autre ne veut arriver à destination. Que l'un et l'autre tentent de faire durer ce moment le plus longtemps possible. Mais bien trop vite ils arrivent devant cette porte qu'Ani n'était pas pressée de voir apparaître de nouveau. Tout allait prendre fin. Il la tire dans ses bras une nouvelle fois et Ani l'enserre, espérant faire durer ce moment le plus longtemps possible. Il dépose un baisé sur sa joue, elle sourit, puis il lui fait une révérence. Elle rit, tire les pans d'une robe imaginaire et fait une petite révérence elle aussi.

« Merci mon Prince. Je n'y serai jamais arrivée sans vous. »

Elle le voit sourire, elle sait qu'elle lui a redonné un peu de joie. Lui aussi. Il reprend la parole. Bien sûr que vous allez vous revoir demain. C'est une obligation. Elle tend les bras, attrape avec douceur sa tête pour le baisser à sa hauteur et dépose un baisé tout simple sur sa joue. Puis elle le lâche avec cette même douceur, un sourire puéril aux lèvres.

« Évidemment ! »

Puis elle ouvre la porte du dortoir, s'y faufile à moitié, lève la main et la secoue pour dire aurevoir et disparaît complètement avant de refermer la porte derrière elle. Un sourire qui plane sur ses lèvres. Elle se fraye un chemin parmi les lits en essayant d'être le plus discrète possible. Se glisse dans son lit. Et s'endort le sourire toujours intacte sur ses lèvres. Une pensée pour son prince Yugi.


FIN DU SUJET




Spoiler:
 

- - - - - - -
He just led me astray
He took my virtue
I feel so cold inside
Sorrow has frozen my mind
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

How to be brave. - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbum Pretium :: Virtus Insania :: Les couloirs-
21.04 Installation du design printemps-été. Les nouveautées arrivent bienôt, on a juste essayer de vous faire déjà un joli truc ! N'hésitez pas à donner votre avis dans le FLOOD
AVRIL Un petit rappel des derniers évènements survenus à Clever Cross. Comment s'est finalement terminé le bal tout droit sorti d'un conte de fée. ICI

RUMEUR
EN CONTINU L'été arrive. Préparez vous tous à sortir vos maillots ! Les directeurs de Virtus Insania et de Clever Cross vous réservent une jolie surprise !