AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 C'est doux et chaud mais ce n'est pas un livre. [Pv Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité



Lun 30 Avr - 13:05

Quel jour était-ce? Un vendredi sans doute car tu étais à la bibliothèque. Les cours étaient terminés depuis peu mais tu avais pas mal de travail. De plus cet endroit était un peu comme ton quartier général. Tu t’y sentais bien. Il y avait de quoi s’assoir, de quoi poser tes nombreux cahiers ou livres mais il y avait surtout des étagères remplies d’ouvrages. C’était un endroit dont tu avais toujours rêvé. Tu pourrais même y dormir mais ce ne serait pas très sérieux. Après tout si tu venais ici c’était pour en profiter et non pas somnoler. De plus la place était chère. Les pensionnaires venaient souvent dans cet endroit et malgré tout le calme régnait en maitre. Enfin si l’on mettait de côté cette douce musique. D’où venait-elle? Aucune idée mais elle te permettait de ne pas rester dans le silence. Au moins cette peur que quelques personnes qualifiaient d’étranges, te fichait la paix pendant plusieurs heures. Mais tu n’y pensais pas vraiment. Tu te concentrais sur tes écrits et cette fois cela concernait ton option. Tu n’en avais pris qu’une pour ne pas être débordé. Même si travailler ne te faisait pas peur, tu désirais également avoir du temps libre. Cela t’avait même permis de faire la rencontre d’un chaton : Sasha. Ce jour-là il avait plu mais cela ne vous avait pas dérangé. Vous aviez parlé. Tu espérais le revoir car vous étiez à présent amis. Quelle douce chaleur que d’avoir quelqu’un près de soi. Ce n’était pas comme une connaissance ou un camarade de classe. C’était bien plus que cela. Cependant tu ne parvenais pas à exprimer ce sentiment avec des mots. Cela pouvait paraître fade et il valait mieux le ressentir. L'amitié n'était pas forcément qualifiable. Mais stop! Tu t’égarais. Il fallait rester concentré.

C’est pour cela que tu t’étais installé. Ton cahier était ouvert, ton stylo prêt à faire des lignes mais il te manquait quelque chose. Les données qu’il te fallait n’étaient pas toutes rassemblées. C’était embêtant mais vu le lieu où tu te situais tu ne devrais pas avoir de mal à les trouver. Ce fut en silence que tu te redressas pour aller dans les profondeurs des rayons. Un petit tour à droite puis à gauche et deuxième rayon en partant du haut. C’était là. Tout ce dont tu pouvais rêver sur les êtres fantastiques. Depuis ton entrée dans cette académie, les chimères n’en étaient plus vraiment. Cela avait été formidable d’en savoir davantage à leur sujet. Tu te plongeais dans ce genre d’ouvrage sans vraiment te forcer. Sans doute pour ça que tu l'avais choisi. Si au contraire tu avais pris mathématique ou même sport, tu y serais allé à reculons. Chacun ses goûts et si option il devait y avoir, autant que cela te plaise. Bref, tu avais ce qu’il te fallait mais en revenant à ta place tu remarquas un autre rayon. Il était tout aussi tentant. Et même si cela ne concernait pas forcément tes devoirs actuels, ça ne serait pas un mal que de l’emprunter pendant quelques jours histoire de le feuilleter. Tu bifurquas donc de ta route et te rendit dans ce coin de la bibliothèque. Il y avait tout ce dont pouvait rêver n’importe qui ou presque. Ton regard allait du nom de l’auteur au nom du livre. Lequel prendre? C’était problématique. Ton choix se portait sur trois ouvrages au minimum. Mais il ne fallait pas que tu t’égares trop de tes devoirs ni même de tes cours. Te connaissant tu étais capable de plonger corps et âmes dans un livre et d’en ressortir uniquement une fois terminé. Cela t’arrivait souvent pour des fictions tel que l’épée de vérité. Ta mère avait du venir te chercher et t’enlever le livre des doigts pour que tu manges et vives un peu parmi le commun des mortels. Cela n’avait pas été une partie de plaisir que ce soit pour ta famille ou pour toi.

Mais il fallait faire des efforts sans pour autant trop en faire. Ce serait bien bête d’agir uniquement pour les autres tout en s’oubliant. Comme tout le monde tu avais des envies et des rêves. Tu parvenais à tes fins de temps à autre mais tu étais encore bien jeune. Ta route n’était pas encore terminée et tu avais toute ta vie devant toi. Cependant ce n’était pas le sujet actuel. À cet instant tu hésitais encore entre plusieurs ouvrages mais pour faire un choix il fallait que tu les aies entre les doigts. Sans doute pour cette raison que tu portas ton attention sur l’un d’entre eux. Ta main allait rencontrer la reliure en cuir quand soudainement ce fut une autre texture qui te surpris. Tu tournas rapidement la tête et tu te rendis compte que tu n’étais pas le seul intéressé par le livre. Gêné par un tel contact surtout avec une demoiselle, tu retiras rapidement ta main tandis que le rouge parsemait tes joues. Une vraie jouvencelle quand tu le voulais tandis qu’à d’autres moments tu étais un chevalier ou un comique. Tes journées au sein de Clever Cross te permettaient de te découvrir peu à peu. Trois années durant lesquelles tu t’étais trouvé et pendant lesquelles tu avais retrouvé ta passion d’antan.


«Oh pardonnes-moi je te prie. Je n’avais pas remarqué que je n’étais pas le seul intéressé par cet ouvrage. Prends-le. Je.. Je reviendrai l’emprunter une autre fois.»

Sur qui étais-tu tombé cette fois? Gêné, rouge comme une tomate et une main à présent fixée dans ta poche, tu ne paraissais pas vraiment à ton aise. Tu avais failli lâcher l’autre livre dont tu avais réellement besoin, une chance que tu te sois «rattrapé».
Revenir en haut Aller en bas
Charlie Clarke
avatar
Autonomia


Messages : 70
Date d'inscription : 28/03/2012

Carte d'Identité
Âge: 17
Don:

Lun 30 Avr - 19:04

J'aime cet endroit. Impérial. Je me sens comme bercée par les connaissances du monde entier, entouré de ces livres qui murmurent, de ces bruissements de pages, de ce silence à peine masqué. C'est simplement l'un des lieux où je e sens le plus à l'aise. Où toutes les histoires qu'on nous y racontent ne sont pas de simples commérages sans importances. C'est un temple sacré où chaque gardien peut changer une vie, la vision d'un monde. J'avais moi-même mes propres templiers, qui bénirent mon enfance il y a de cela plus d'une décennie. Abecassis, Beigbeder, Malzieu et les frères Grimm avaient été mon monde tout enter, gouverné par Jules Verne. Aujourd'hui, j'avais grandis en reconnaissant leurs métaphores, leurs illusions dans ma vie. Et à chaque fois cela m'arrachait un sourire, une pensée agréable. Aussi bien de bonheur que de nostalgie. Aussi bien de passion que de vie. Alors je me rendais de temps en temps, ici, simplement pour apprécier, me souvenir. Je venais souvent ici, simplement pour découvrir d'autres secrets, sachant très bien que je n'aurais jamais de temps, même en cent vies, de découvrir tout ces mystères.

Les mythes.
Je m'étais réveillée avec cette idée en tête, de découvrir toutes ces créatures magiques qui apparaissaient dans les ouvrages anciens, qui ont traversés les époques, n'évoluant qu'assez pour ne pas se faire chasser. Nous sommes les sorcières du Moyen-Âge. J'en suis persuadée. Enfin. Toute la matinée, j'avais rêvassé, griffonnant minotaures et sirènes sur les pages de mon cahier de philo jusqu'à ce que la sonnerie retentisse. J'avais également attendu de terminer mes cours l'après-midi, d'être officiellement en week-end pour laisser mes songes vagabonder dans ma tête, se battre les unes les autres. Alors j’arpentais les rayons, à la recherche de mon bonheur, vagabondant dans ce paradis.

Et voilà le livre parfait sous mes yeux. Un sourire sur mon visage. Je tire sur mon foulard vert comme pour mieux respirer. Je ne vois que le titre, l'auteur, et la reliure un peu ancienne. Je ne sais rien de ce livre, mais je sais qu'il est parfait. Comme lorsque l'on voit le nom d'un plat dans un restaurant qui fait savourer d'avance. J'approche ma main. Sens la reliure sur mes doigts, les yeux clos. J'inspire un grand coup avant de le retirer. Mais.
Mais je sens une main effleurer la mienne. Un sursaut. Un hoquet étouffé. Me voilà carmin comme mes chaussures à me retourner vers l'inconnu. Je bégaye d'embarras, regarde mes chaussures en ayant laisser le livre à sa place.

« Mh ! Euh ! Pa-pardon ! Je. Je voulais pas vous déranger. Prenez-le ! J'en trouverais un autre. Et euh... »

A cet instant, je m’aperçois qu'il s'excuse des mêmes choses en même temps que moi. Je relève la tête, à peine. A peine de quoi entrevoir son visage à travers mes mèches rousses. Je me sens comme une tomate exposée dans un musée. Rouge et qui n'a rien à faire ici. Une de mes mains se pose sur mes clavicules à travers l'étoffe sapin. L'autre serre un volant de ma jupe. Le silence gêner me semble bien plus imposant que la mélodie des livres, alors je me risque à quelques mots. Juste pour ne pas rester dans l'embarras. Je me risque à relever le visage, chercher le regard du blond devant moi.

« C'est rare, de voir des personnes apprécier ce genre de livres... Alors je vous le laisse. »

J'ai un sourire timide. Mes mains se décrispent, lâchant le tissus qu'elles entravaient. Un pas en avant, j'attends d'être proche du jeune homme avant de lui donner une accolade. Un peu distante. Pas très proche. Mais pleine de gratitude pour apprécier les livres. Ce n'est pas le genre d'étreintes que je donne à Sasha, encore moins celles que je réserve à cet Allemand qui vivait en Russie. C'est simplement ma manière de dire bonjour. Alors je me présente dans les murmure d'une voix un peu aiguë.

« Charlie. Je m'appelle Charlie. »


[HS : S'il y a un problème, tu me dis.]

- - - - - - -
;
It's a cold and it's a broken hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité



Lun 30 Avr - 20:10

Ce n’était pas vraiment ce que tu avais prévu. Le livre se trouvait toujours à sa place tandis que tu t’excusais. Tes rougeurs ne se dissipaient pas ou très peu. Toutefois tu pus entendre les excuses de la demoiselle. Vous agissiez en chœur. Cela ne te fit pas réagir dans l’immédiat. Au contraire tu continuais et tu lui proposais le livre comme elle le faisait en retour. Ça avait quelque chose de comique. Ta main libre et ayant frôlé la sienne restait dans ta poche. Cela avait été rapide. Tu t’étais rendu compte que ça n’avait rien d’une reliure ancienne. C’était doux et chaud, humain en somme. Mais c’était comme faire du pied à quelqu’un. Et lorsque cette pensée traversa ton petit cerveau tourmenté tu bégayas comme jamais. C’était dingue. Mais subitement tu t’arrêtas. Ce fut comme un bug. Il fallait relancer la machine. La raison était simple : elle venait de te faire une accolade. Très sympathique tout ça, surtout vu ses raisons, mais cela ne t’aidait pas. Vraiment, tu n’étais pas sortable et ça te fit rire. Les relations humaines resteraient un mystère pendant encore longtemps. Malgré tout, tu avais beau avoir subi un bug, tu t’étais remis. De nouveau toi-même ou presque tu avais pu croiser son regard. Il y avait eu cet instant avant le contact physique. Ce moment où elle te disait qu’elle te laissait le livre car rares étaient les personnes appréciant ce genre d’ouvrages. Ce n’était pas faux mais au sein de Clever Cross il devait bien y en avoir un bon nombre. Tu imaginais surtout les littéraires. En faisait-elle partie? Sa tête ne te disait rien jusqu’à ce qu’elle prononce son prénom.

Charlie? Si tu reprenais tout depuis le début elle était bien rousse. Il n’y avait pas de doute à avoir. Cela ne te dérangeait pas. Après tout tu étais blond. Cela ne changeait rien. Mais elle avait ce fameux prénom que tu avais déjà entendu ce jour de pluie. Il l’avait défendu à sa manière. Ce serait tout de même gros si ce n’était pas la même personne. Tu en saurais sans doute davantage par la suite. Devrais-tu lui en parler ou le raconter au chaton? Les deux solutions étaient parfaites. Cependant pour l’instant tu avais autre chose à faire. Il s’agissait du fameux livre. Vous alliez devoir vous décider. Souriant de nouveau, tu retiras la main de ta poche pour récupérer l’œuvre. On aurait pu croire que tu acceptais sa proposition mais il n’en était rien. Les dames d’abord et cela lors de maintes occasions. Et puis tu t’étais mis en tête qu’elle serait la première à pouvoir en bénéficier. Une fois que ton choix était fait, il était dur de te faire changer d’avis. Têtu, borné, tu tenais bien de tes parents il n’y avait pas à dire. Tu en étais rudement fier. Après il était possible qu’il en soit de même pour elle. Cela donnerait naissance à une joute verbale différente de celle que vous aviez débuté il y a peu.


«Non je t’assure, prends-le. Ça me fait plaisir.»

Tu le lui tendais et tu te rendis compte qu’elle t’avait vouvoyé tandis que tu étais parti sur le tutoiement. Là encore il fallait mettre les choses au clair. Vous aviez sensiblement le même âge ou vous aviez très peu d’écart. Ce serait bête de se vouvoyer. Le respect serait présent malgré tout. Ça ne changerait rien et heureusement.

«Mais je te demanderai de me tutoyer s’il te plait. Si cela ne te gêne pas bien sur.»

N’avais-tu rien oublié par hasard? Bien sur que si. Elle s’était présentée et toi non. Franchement tu aurais pu commencer par ça mais tes ordres des priorités n’étaient pas forcément toujours les mêmes. Tu agissais au fil de tes pensées. Et vu le bordel monstre se trouvant dans ton cerveau ce n’était pas vraiment gagné. Il fallait juste s’y faire. Mais si tu avais parfois du mal à te suivre qu’en était-il pour les autres. Mystère.

«Et je m’appelle Lionel, je suis ravi de te rencontrer.»

Bien évidemment tu murmurais pour ne gêner personne. Mais ce fut plus dur pour camoufler un petit rire. Tu repensais à ce qui venait d’arriver et sincèrement c’était comique. Tu te serais cru dans une scène provenant d’un livre ou d’un manga. Logiquement le garçon est plus viril et sur de lui. Il n’y a que la demoiselle qui se met à rougir, gênée d’être ainsi découverte par celui qu’elle aime ou aimera plus tard. Pour vous il n’y avait pas tout cela. C’était juste le début de l’acte qui était similaire. Le reste serait très différent.

«Je m’excuse, tu dois peut-être me trouver bizarre mais je me repassais en tête notre petite rencontre. Je ne me moque pas de toi, loin de là. Je trouvais juste que c’était comique. Enfin bref...»

Il n’était pas certain qu’elle soit de ton avis. Soit ça commençait très fort soit pas du tout. Ce serait à elle de décider sur ce coup-là. Et comme pour changer totalement de sujet, tu te lanças sur autre chose. Il valait mieux avancer que de ressasser les erreurs que l’on avait pu commettre. Tu devais en avoir plusieurs à ton actif mais tu tentais de faire face et d’assumer au possible. Ce n’était pas facile. Il y avait des jours où tu avais envie de tout oublier. Ce n’était pas la meilleure des solutions. Et puis ce n’était pas toujours possible. Comment faire pour occulter toute une partie de sa vie? Même si tu ne pouvais pas te souvenir de tout, il serait dommage d’effacer ce qui restait. Mais passons. Tu parlais sans te faire trop remarquer, ni trop vite histoire qu’elle puisse suivre.

«Et sinon tu es dans quelle filière?»


[H.J : C'était parfait. Rien à dire.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

C'est doux et chaud mais ce n'est pas un livre. [Pv Charlie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.
» Il fait trop chaud pour sortir
» La gratitude, ne pas voir le cadeau, mais d'abord celui qui l'offre ▬ Charlie
» Mais tu n'as pas sommeil [Livre II - Terminé]
» Un nouveau lieu de vie mais même mode de vie. [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbum Pretium :: Clever Cross :: Rez-de-chaussée :: Bibliothèque-
21.04 Installation du design printemps-été. Les nouveautées arrivent bienôt, on a juste essayer de vous faire déjà un joli truc ! N'hésitez pas à donner votre avis dans le FLOOD
AVRIL Un petit rappel des derniers évènements survenus à Clever Cross. Comment s'est finalement terminé le bal tout droit sorti d'un conte de fée. ICI

RUMEUR
EN CONTINU L'été arrive. Préparez vous tous à sortir vos maillots ! Les directeurs de Virtus Insania et de Clever Cross vous réservent une jolie surprise !